top of page

MES PRESTATIONS

Il s'agit d'une peur intense, permanente et irrationnelle d'un objet ou d'une situation spécifique, menant à l'évitement de cet objet ou de cette situation, durant depuis plus de 6 mois :

Phobie des animaux (chiens, chats, araignées,...)

Phobie des environnements (hauteur, orage,...)

Phobie sang/injections

Phobie de situation (ascenseurs, avion,...)

Il s'agit d'anxiété et de préoccupations excessives, non réalistes, survenant la plupart du temps et durant au moins 6 mois, concernant des événements ou activités de la vie quotidienne. C'est s'inquiéter en permanence. Une notion importante est "l'intolérance à l'incertitude". Ces patients tentent d'éviter ou d'imaginer les situations futures incertaines en développant des ruminations.

Il s'agit d'enfants ou d'adolescents qui, pour des raisons irrationnelles, refusent d'aller à l'école et résistent avec des réactions d'anxiété très vives ou de panique quand on essaie de les y forcer. L'anxiété se manifeste la veille du retour à l'école, après un week-end ou des vacances, avec le plus souvent des manifestations somatiques au premier plan (mal au ventre, mal à la tête,...).

Une attaque de panique correspond à la survenue soudaine d'une anxiété, d'une peur, d'un malaise intense, en dehors de tout danger réel, qui atteint son apogée en quelques minutes et dont la durée est brève (moins de 20 minutes). Le trouble panique se définit comme la répétition d'attaques de panique, suivie de préoccupations anxieuses d'une éventuelle survenue d'une prochaine crise d'angoisse. 

C'est l'un des troubles anxieux les plus  fréquents. Il s'agit d'une peur persistante et intense d'une ou plusieurs situations sociales où la personne est en contact avec des gens non familiers et où elle peut être exposée à l'observation attentive d'autrui. Peur du jugement, de la critique, d'être ridicule, de rougir, de bafouiller, de parler en public, de manger et/ou d'écrire devant d'autres,... La durée du trouble doit être de plus de 6 mois.

L'enfant présente une difficulté majeure à se séparer de ses parents, avec des réactions d'anxiété parfois intenses, allant de la simple crise de pleurs à l'agitation empêchant ses parents de partir. La durée du trouble doit être d'au moins 4 semaines.

Refus de rester seul ou d'aller dormir hors de la maison sans ses parents, cauchemars à thème de séparation, plaintes somatiques lors des séparations, pleurs,  refus d'aller à l'école,...

C’est la peur d’être dans des endroits ou dans des situations, d’où il serait difficile ou gênant de s’échapper (métro, avion, ascenseur, foule mais aussi les voyages, les environnements isolés ou les lieux éloignés du domicile). L’agoraphobe appréhendera le manque d’aide. Cette peur est liée à l’idée de développer dans ces lieux des symptômes de type panique (par exemple, des étourdissements ou de la tachycardie). Elle est souvent associée au trouble panique.

Il est définit par la présence de pensées, d'impulsions ou d'images récurrentes et persistantes qui sont perçues, à un certain moment au cours de la perturbation, comme intrusives et inappropriées, et qui causent une anxiété marquée ou une sensation de détresse. Ces dernières peuvent conduire à des rituels : des comportements répétitifs que la personne se sent pousser à effectuer dans le but de diminuer l’anxiété.

C’est une peur marquée et persistante, de manière excessive ou déraisonnable, déclenchée par la mise en situation ou l’anticipation de la conduite d’une voiture ou d’un camion. Elle présente plusieurs modalités :

Peur de conduire sur l’autoroute, peur de conduire sur des ponts ou dans des tunnels (parfois associée à l’acrophobie ou l’agoraphobie), peur de conduire la nuit ou par temps de pluie, peur de doubler des camions.

La Chrono-Nutrition® est une méthode alimentaire extrêmement simple, basé sur les principes de l'horloge biologique du corps humain. ​

Ce mode alimentaire consiste à manger les bons aliments au bon moment de la journée, là où ils sont le plus utiles, afin de satisfaire, chaque jour, les besoins de l'organisme.​

En effet, les aliments que nous consommons, n'ont pas le même impact sur notre organisme selon le moment de la journée.

bottom of page