LE STRESS

Aujourd’hui, il devient impossible de ne pas parler de l’impact du stress sur la société. Pression professionnelle, rythme familial effréné, peur du lendemain, nous nous sommes tous déjà laissé gagner par l’anxiété.

 

Selon l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail, le stress est ressenti lorsqu’un déséquilibre est perçu entre ce qui est exigé de la personne et les ressources dont elle dispose pour y faire face.

 

L’individu soumis au stress perd sa capacité à prendre du recul face aux événements, il se trouve dans une souffrance « naturelle », dans un sentiment de « non-bonheur ».

 

Il existe deux types de stress : aigu et chronique.

Le premier est celui dont nous ressentons les effets immédiats, quand notre corps se met en situation de combat pour contrer une menace : accélération du rythme cardiaque, respiration plus saccadée, transpiration abondante, nausées, raideurs musculaires.

 

Le niveau de stress dépendra alors de son intensité, mais il disparaîtra une fois le danger écarté, permettant ainsi à l’organisme un retour à la normale.

 

Mais quand ces situations anxiogènes s’installent dans notre quotidien, notre corps vit continuellement sur un mode de défense. C’est un stress qui persiste. Et cela peut avoir des conséquences désastreuses.

 

Et la raison est simple : quand notre système nerveux se sent en danger, notre cerveau est stimulé. Il produit alors de l’adrénaline, tout en sollicitant par la même occasion nos glandes surrénales. Pour gérer le stress, ces dernières produiront elles aussi de l’adrénaline, ainsi qu’une hormone appelée cortisol, nocive pour bon nombre de nos organes.

Les conséquences psychiques du stress

 

De nombreux troubles psychiques peuvent se manifester en présence d'un stress trop important survenant sur un organisme ne disposant pas de capacités de défenses suffisantes :

 

 

Des troubles du comportement

Émotivité et irritabilité inhabituelles et disproportionnées par rapport au contexte, à la situation qui les a provoqués.

 

 

Des troubles cognitifs mineurs

Perte de mémoire, difficultés à se concentrer,  à trouver ses  mots, oublis fréquents, manque de concentration, troubles de l’attention. 

 

 

Des troubles dépressifs

Troubles de l’humeur, perte d’estime de soi, perte d’intérêt pour l’environnement et troubles du sommeil

 

 

Des troubles anxieux

De véritables crises d’angoisses, une vigilance face aux agents stresseurs responsables de ces problèmes, voire des troubles phobiques.

 

 

Des troubles du sommeil

Des difficultés d’endormissement, un sommeil fragile avec des réveils précoces et la sensation d’un sommeil non réparateur.

 

 

Des conduites addictives inhabituelles

Tabac, alcool et autres substances ou des habitudes nutritionnelles anormales.

Les conséquences du stress néfastes sur notre organisme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les maladies cardiovasculaires

En situation de stress, notre cœur bat plus rapidement et notre pression artérielle augmente pour activer notre circulation sanguine, qui alimentera ensuite nos muscles en oxygène pour leur donner de l'énergie. Les vaisseaux sanguins se voient réduits, et les artères, durcies. Aussi, pour parer à une éventuelle blessure, le sang va s'épaissir, ce qui peut provoquer en conséquence du stress, des maladies de cœur et des accidents cérébraux.

 

Les problèmes de peau

Les conséquences du stress touchent également les vaisseaux sanguins superficiels, puisque ceux-ci vont préférer diriger le sang vers les muscles plutôt que vers la peau. Notre épiderme sera alors moins bien nourri et aura tendance à rougir, ou au contraire pâlir, ainsi qu'à vieillir prématurément.

Des maladies de peau et des inflammations peuvent donc résulter des conséquences du stress, comme le psoriasis ou l'urticaire.

Les problèmes capillaires

Tout comme la peau, l'afflux sanguin alimente moins bien notre chevelure en période de stress. La croissance de nos cheveux se voit ralentie, ce qui peut même entraîner leur chute. Le cuir chevelu, plus sensible, est lui aussi touché. Il peut démanger, être douloureux ou encore desquamer et provoquer l'apparition de pellicules lors de stress.

 

 

Un système immunitaire affaibli

En temps normal, notre organisme dispose des ressources nécessaires pour contrer les virus et les agressions qui nous guettent au quotidien. À part bien sûr s'il est trop occupé à combattre une menace immédiate, message véhiculé par les conséquences du stress.
Nous sommes donc davantage vulnérables aux nouvelles infections, en plus de réveiller celles qui existent déjà, tout en aggravant leurs symptômes et en troublant leur guérison. De plus, fait peu connu, un système immunitaire affaibli pourrait même provoquer l'apparition de nouvelles allergies.

 

 

Les problèmes digestifs

On observe le même processus dans notre appareil digestif face aux conséquences du stress. Trop occupé à contrer le danger transmis par le stress, il ralentit et dérègle l'activité intestinale, et n'assimile plus correctement la nourriture. Résultat : ballonnements, brûlures d'estomac, remontées acides, ulcère gastroduodénal, syndrome du côlon irritable et, évidemment, constipation, diarrhée et indigestion. Bref, ce n'est pas pour rien que le stress fait mal au ventre !

 

 

La prise de poids

Ce n'est pas toujours facile de maintenir un poids santé quand on est aux prises avec les conséquences du stress, encore moins quand on a un rythme de vie effréné. Par manque de temps, ou d'intérêt, nous avons alors tendance à avaler le contenu de notre assiette d'un trait, ou à faire l'impasse sur les repas santé.

Mais un autre responsable de taille est étroitement lié à l'embonpoint relevé chez bon nombre de personnes continuellement stressées : le fameux cortisol.

Cette hormone du stress envoie un signal de faim à notre cerveau, puisque notre organisme a généralement besoin de nourriture pour se remettre d'une « agression ». Sauf que ces aliments réconfortants ne sont pas toujours des plus équilibrés.

Les problèmes de sommeil

On le sait, stress et sommeil ne font pas bon ménage. Le soir, nous ruminons souvent notre journée et anticipons négativement celle du lendemain. Et c'est sans compter que, fatigués, nous faisons moins bien face à l'anxiété, qui va alors peu à peu s'installer. Mais l'aspect psychologique n'est pas le seul responsable face aux troubles du sommeil. Physiologiquement, notre système nerveux sympathique nous donne aussi du fil à retordre; il refuse de se mettre en veille pour pouvoir faire face au danger qui nous guette.

 

 

La perte de mémoire

L'hippocampe joue un rôle essentiel dans le processus de mémorisation. Alors, quand le cortisol s'empresse de détruire les cellules nerveuses de cette zone de notre cerveau, c'est l'ensemble de nos fonctions cognitives qui sont touchées en conséquence au stress. Cela explique pourquoi notre concentration et notre manque de jugement nous font aussi défaut quand nous sommes au bord de la crise de nerfs.

 

 

Le manque de libido

Après une journée difficile, nous ne nous sentons pas des plus attirants. Alors, quand le stress s'en mêle et atteint notre précieux hypothalamus, une autre partie du cerveau, notre production d'hormones sexuelles se voit, elle aussi, ralentie.

 

 

Le système reproductif

Chez les femmes, le stress peut grandement influer sur les symptômes liés aux menstruations, les rendant irrégulières ou douloureuses, ainsi qu'à la ménopause, en accentuant les bouffées de chaleur, par exemple.

Les hommes, eux, voient les conséquences de ce stress à travers des problèmes d'érection, et même voir leur production de spermatozoïdes diminuer.

 

Source : canalVie

Route du Lac 4

CH - 2012 Auvernier

respire.ose@gmail.com

079 607 68 03

  • Instagram

Consultation uniquement sur rendez-vous !

Karen Perrottet © 2020 Respire et Ose

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now